mardi 30 septembre à 18h
//// inauguration

Les engagés volontaires juifs dans les deux guerres (14-18 et 39-45)

La Marche, ta lettre a dû croiser la mienne 






18h Inauguration des expositions
Les engagés volontaires juifs dans les deux guerres
(14-18 et 39-45)*
La Marche, ta lettre a dû croiser la mienne**

19h30 Collation

20h30 Projection du film 
Les régiments ficelles***






*Les engagés volontaires juifs dans les deux guerres (14-18 et 39-45)
Fuyant les pogroms d’Europe centrale et orientale, réfugiés en France dès 1880, ils sont 40 000 Juifs étrangers à l’aube de la première guerre mondiale. Dès la déclaration de guerre, ils s’engagent massivement pour défendre leur pays d’accueil. En 1940, ils sont quatre fois plus nombreux et à l’instar de leurs ainés, ils s’enrôlent pour défendre la France. Cette exposition retrace le destin de ces hommes qui, quand ils ne sont pas tués ou faits prisonniers, subissent les persécutions antisémites, l’internement et la déportation ou réussissent à rejoindre la Résistance intérieure ou la France Libre.
Cette exposition présentera également des objets originaux des deux guerres, ainsi que des archives conservées dans les collections du Cercil.

Exposition conçue et réalisée par l’UEVACJEA

Nuta Szister (1er debout à droite), engagé volontaire (21ème RMVE) est arrêté le 14 mai 1941.Interné à Beaune-la-Rolance, il est déporté par le convoi 5 et assassiné à Auschwitz.









**La Marche, ta lettre a dû croiser la mienne
Ce travail de création artistique confronte les destins individuels à l’histoire collective autour de la notion d’engagement. Images d’archives et photographies contemporaines se font face, dialoguent et se contaminent pour finalement construire le même récit.
Les problématiques des personnages résonnent avec l’actualité :
crise économique et politique, rejet de l’étranger.

Réalisée par le collectif Faux Amis pour répondre à une commande de la Ligne de l’Enseignement et de l’UEVACJEA
TDR collectif Faux-Amis








***Les régiments ficelles
De Jean-Pierre Richardot, réalisé par Robert Mugnerot, producteur Victorimage, 2010 (52 mn)
Les unités combattantes des 21e, 22e et 23e RMVE (Régiments de Marche de Volontaires étrangers) sont constituées de jeunes gens provenant du monde entier, essentiellement des Juifs de toute l’Europe et des Espagnols, qui, fuyant les persécutions dans leur pays, ont trouvé refuge en France. Au total, plus de 50 nationalités sont regroupées dans trois régiments constitués spécialement pour eux dans le sud de la France. Ils se sont engagés par reconnaissance envers le pays qui les a accueillis et pour la défense des valeurs démocratiques auxquelles ils croient plus que tout, la liberté, l’égalité, la fraternité...

Ce film est soutenu par la Fondation pour le Mémoire de la Shoah
 
© Victorimage








Jusqu’au 4 janvier
Samedi 20 septembre et dimanche 21 septembre 2014 de 14h à 19h
////Les Journées Européennes du Patrimoine


Les visiteurs pourront profiter des derniers jours de l’exposition « Max Jacob, un poète assassiné, Drancy 1944 » qui retrace les dernières années de la vie de Max Jacob à Saint-Benoît-sur-Loire où il s’est installé en 1936. Elle présente grâce à des documents d’archives présentés au public pour la première fois, l’enchaînement de la persécution antisémite dont il a été victime, jusqu’à son décès au camp de Drancy le 5 mars 1944.

Exposition conçue et réalisée par l’Association des Amis de Max Jacob et le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv.


Programme complet :
  • « Il y a 70 ans, Max Jacob à Saint-Benoît-sur-Loire »
Samedi 20 septembre à 14h45 à Saint-Benoît-sur-Loire  - Circuit - 2h
  •  « Restitution topographique de l’ancien camp de Pithiviers »
Samedi 20 septembre de 15h à 17h à Orléans
  •  « Les fermes de Sologne : persécution des Juifs, déportation et sauvetage »
Dimanche 21 septembre à 10h00 en Sologne - un chemin pour l’histoire - 2h30
  • « Je m’appelle Isaac et j’ai été un enfant caché »
Dimanche 21 septembre de 15h à 16h à Orléans - Atelier interactif à partir de 9ans
  • « Ne mets plus jamais Jacob sur les enveloppes, mets Monsieur Max
Dimanche 21 septembre de 16h00 à 17h Orléans - lecture en clôture de l’exposition



Entrée Libre dans la limite des places disponibles

Samedi 20 septembre à 14h45
à Saint-Benoît-sur-Loire 
//// Circuit

Il y a 70 ans, Max Jacob à Saint-Benoît-sur-Loire

En famillece parcours inédit permet de retracer les années de guerre qu’il a vécues à Saint-Benoit-sur-Loire et de visiter les lieux que le poète a fréquentés grâce à des photographies d’époques et des lectures de fragments de lettres.
  
70 ans après l’arrestation du poète et son décès dans le camp de Drancy, ce parcours permet d’évoquer les persécutions qu’il a subies, en tant que juif, bien que converti au catholicisme depuis 1915 : recensement, spoliation, interdiction de publier, de percevoir les droits d’auteur, port de l’étoile jaune, et bien sûr son arrestation, son internement et son décès.
  
« La bête, elle aussi, avait bien calculé son coup ; elle avait bien choisi sa victime en s’abattant sur ce chétif rossignol de chez nous. Le nom de Max Jacob restera inscrit en tête de la protestation implacable de l’esprit français, de l’esprit humain contre la brute. » Jean Cassou, 1949

Devant la tour-porche de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire
Roger Toulouse, Max Jacob, Marguerite, Marcel Gili, Eugène Prévost dit Messemin
Collection Françoise et Abel Moittié - TDR Cercil



















RDV devant l’abbatiale - Durée 2h - À partir de 10 ans - Sur réservation
Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv : 02 38 42 03 91 cercil@cercil.eu
Office de tourisme : 02 38 35 79 00 oti@cc-valdoretforet.com

Organisé avec la Mairie de Saint-Benoît-sur-Loire et l’Office de Tourisme de Saint-Benoît-sur-Loire et de Germigny-des-Prés


Samedi 20 septembre à 15h
//// au Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

Restitution topographique de l’ancien camp de Pithiviers 


A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, le Cercil - Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv, en partenariat avec le lycée Gaudier-Brzeska (Saint-Jean de Braye) et Axis-Conseils, cabinet de géomètres-experts, présentera au public le travail effectué par les étudiants en BTS Géomètre qui a permis le repérage précis du camp de Pithiviers, ainsi que des baraques qui le constituaient.
Un chantier-école unique en France.

 Catherine Thion, historienne, introduira cette présentation pour donner un éclairage historique sur le camp de Pithiviers.
Grace à une mise en parallèle des anciennes cartes et plans et des nouveaux relevés, les étudiants géomètres nous présenterons les méthodes de travail et les enjeux de ce relevé topographique.
Accompagnés par une responsable photogrammétrie, les visiteurs pourront découvrir en exclusivité les photographies aériennes de l’ancien camp de Pithiviers en 3 D grâce à une station informatique dédiée.









sur l'ancien camp de Pithiviers © TDR Cercil

Dimanche 21 septembre à 10h 
en Sologne
//// Un chemin pour l'histoire

Les fermes de Sologne : persécution des Juifs, déportation et sauvetage


A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, le Cercil - Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv, avec la Mairie de Cerdon, l’Œuvre Universitaire du Loiret et les Randonneurs Sullylois, propose au public de tous âges de découvrir ces fermes de Sologne qui ont été le théâtre d’évènements tour à tour tragiques et héroïques. Y seront tour à tour évoqué les persécutions, la résistance, la notion de Juste parmi les Nations, les déportations… 

Cette randonnée marquera le lancement d’un circuit pédagogique qui sera proposée aux écoliers et aux collégiens et qui leur permettra de découvrir l’autre visage de la Sologne marquée par l’Histoire. Les enseignants choisiront de le proposer à leurs élèves soit à l’occasion d’une classe de découverte, soit sur le temps d’une journée.
Dès le 25 juillet 1941, 386 Juifs internés dans les camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers, sont envoyés par le Préfet du Loiret, dans trois fermes en Sologne, au Rosoir à côté de Vannes-sur-Cosson, au Ousson à côté d’Isdes, et à la Matelotte entre Cerdon et Argent-sur-Sauldre. Les conditions de vie y sont très difficiles.
317 d’entre eux seront déportés et assassinés à Auschwitz.
69 d’entre eux s’évadent, parfois grâce à la population qui leur permettent aussi de recevoir des colis, de rencontrer leurs familles…. 
Après l’été 1942, certaines femmes viendront même cacher leurs enfants dans les fermes environnantes.
© Emile Frajerman 5 hommes dans l'étang du Puits - TDR Cercil









Durée de la randonnée 2h30.  Ouvert à tous et aux enfants à partir de 9 ans.
Réservation conseillée au 02 38 42 03 91 pour l’apéritif déjeunatoire de clôture
RDV à la ferme de la Matelotte, route d’Argent, D 948.

Organisé avec la Mairie de Cerdon, l’Œuvre Universitaire du Loiret et les Randonneurs Sullylois


Dimanche 21 septembre à 15h
au Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv
////Atelier interactif pour enfants

Accompagnés par une médiatrice pendant une heure, les enfants à partir de 9 ans participeront à un atelier qui retracera le parcours d’Isaac durant la seconde Guerre mondiale.

Interactif et éducatif, cet atelier leur permettra d’aborder l’Histoire à travers le récit d’une histoire vraie. Les parents pourront, quant à eux, parcourir librement le Musée-Mémorial.


Isaac a sept ans lorsque l’Allemagne envahit la France.

Le 14 mai 1941, son père est arrêté et enfermé au camp de Pithiviers. Après plus d’une année d’internement, il est déporté à Auschwitz, où il est assassiné.
En 1942, après avoir échappé à la rafle du Vel d’Hiv, Isaac et sa mère sont arrêtés sur la ligne de démarcation. Sa mère est à son tour internée à Pithiviers, puis déportée et assassinée à Auschwitz.

Isaac sera alors caché par plusieurs personnes jusqu’à la fin de la guerre.
                                                                       


 

Durée 1h - A partir de 9 ans

© TDR Cercil















Dimanche 21 septembre à 16h
au Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv
//// Lecture en clôture de l'exposition 

« Ne mets plus jamais Jacob sur les enveloppes, mets Monsieur Max »

par Fabienne Peter, conteuse

Fabienne Peter donnera à entendre des lettres écrites par Max Jacob. Seront partagés ses conseils à ses jeunes amis, ses inquiétudes, ses doutes, sa désespérance face aux persécutions. La richesse de l'expression du poète fait de ces lettres des archives littéraires majeures et permettent aussi de dire l'Histoire.