Dimanche 28 décembre 2014 à 15h


//// Visite commentée du Musée-Mémorial

Par Hélène Mouchard-Zay, présidente du Cercil
© TDR Cercil


Entrée 3 €

Mercredi 17 décembre 2014 à 14h

Jury régional du concours de plaidoiries pour les Droits de l'Homme


© TDR Mémorial de Caen

Organisé par le Mémorial de Caen

Le Mémorial de Caen donne chaque année la parole aux lycéens qui souhaitent défendre un cas de violation des droits de l’Homme. Au-delà de l’engagement personnel des élèves, ce concours de plaidoiries permet de travailler sur la construction d’une argumentation, la prise de parole en public et plus largement l’éducation à la citoyenneté. 

En cohérence avec ces objectifs, le Mémorial de Caen a souhaité que le jury régional de cette 17ème édition se déroule au Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv. 












Réservation indispensable

Mardi 16 décembre 2014 à 18h

//// Rencontre

Récit historique et œuvres graphiques

Soirée animée par Cristhine Lecureux, IPR d’histoire, géographie et histoire des arts.



Gilles Rapaport, dessinateur, pour Le Convoi des Mères (éd. du Cercil, 2014) sur la déportation des enfants du Vel d’Hiv depuis les camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers et Hélène Mouchard-Zay, présidente du Cercil

Philippe Thirault pour Le combat des Justes (éd. Delcourt, 2014) et Katy Hazan, historienne, qui a travaillé sur ces histoires de Justes.

Xavier Aumage pour Vivre libre ou mourir (éd. Le Lombard, 2013), 9 récits de résistance

Mardi 9 décembre à 18h


//// Conférence

Racines et évolutions de la musique Klezmer

par Hervé Roten, musicologue spécialiste de la musique juive docteur en musicologie de l'Université Paris IV Sorbonne et directeur de l’Institut Européen des Musiques Juives

CONFÉRENCE organisée en écho au concert de Yom au Théâtre d’Orléans

© TDR
Le klezmer est aujourd’hui une appellation communément admise pour désigner la musique instrumentale jouée dans les shtetl (villages), les ghettos et toutes les zones de résidence des juifs ashkénazes, depuis le Moyen Âge jusqu’au milieu du XXe siècle. Aujourd’hui, le klezmer est devenu un genre à part entière, qui s’adresse à tous les publics.

Illustrées par de nombreux exemples sonores et audiovisuels, cette conférence musicale propose une approche de la musique klezmer d’hier et d’aujourd’hui, mais aussi du mythe à la réalité.




© TDR
En fin de conférence, Guillaume Dettmarprofesseur de violon et de musiques traditionnelles au Conservatoire d'Orléans, illustrera avec son violon les propos d'Hervé Roten.








Réservation conseillée

En partenariat avec le Théâtre d’Orléans e le Conservatoire d’Orléans
  

Mercredi 3 décembre à 15h

//// Avant-Première pour les enseignants

Les Héritiers
de Marie‐Castille MENTION SCHAAR
(fiction - 1h45 - production LOMA NASHA FILMS, 2014, France)

Créteil, Lycée Léon Blum, une professeure décide d’inscrire une de ses classes au concours National de la Résistance et de la Déportation. Ce projet va transformer ces élèves considérés jusqu’alors comme « la classe de seconde la plus difficile » de l’établissement.
© Guy Ferrandis













Cette projection sera accompagnée d’une rencontre avec Gilles Cazenave-Cambot, professeur missionné par le Rectorat de l’académie Orléans-Tours au Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv.

Organisée par le Cercil et le cinéma Pathé Charpenterie

Tarif enseignant et carte adhérent du Cercil : 5€ sur présentation d’un justificatif




Mardi 2 décembre à 18h

//// Le grand témoin du Cercil 

à la Médiathèque Anna Marly de Saint Jean de la Ruelle


Ginette Kolinka





Née à Paris dans une famille juive non pratiquante, elle a 19 ans lorsque la Gestapo et la Milice arrêtent les hommes de sa famille. Alors que les femmes n’étaient pas concernées, elle est, elle aussi arrêtée car elle proteste. Le 13 avril 1944, ils sont déportés par le convoi 71 depuis la gare de Bobigny jusqu’à Auschwitz -Birkenau. Son père et son frère sont assassinés à l’arrivée. En octobre 1944, elle est transférée jusqu’à Bergen-Belsen où elle survit dans des conditions terribles. En février 1945, elle se porte volontaire et est envoyée à Raguhn, près de Leipzig où elle travaille en usine. A l’approche des armées alliées, en avril 1945, elle est transférée pendant 8 jours, par un « train de la mort » jusqu’au camp de Theresienstadt.



Organisé avec la médiathèque de Saint Jean de la Ruelle