Hommage à Simone Veil

Mardi 26 septembre à 18h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

/// Conférence
Le face-à-face entre témoins et historiens de la Shoah

par Henry Rousso, historien, directeur de recherches au CNRS (Institut d’histoire du temps présent).

« Simone Veil fut l’une des femmes les plus exceptionnelles de son époque. Survivante active, militante tenace, combattante déterminée pour défendre la cause des femmes, de l’Europe, de la mémoire, elle fut aussi un esprit libre, hostile à toute forme de sectarisme, y compris pour la bonne cause. Elle fut une libérale au plus beau sens du mot. J’aimerais ici apporter une modeste contribution sur l’ouverture dont elle a fait preuve, après une première phase de malentendus, à l’égard du travail des historiens. ».

Ainsi commence le texte publié par Henry Rousso en hommage à Simone Veil, intitulé “Le face-à-face entre témoins et historiens de la Shoah” (Huffpost, 4 juillet 2017).

À partir d’une réflexion sur le parcours de Simone Veil, Henry Rousso abordera quelques thèmes essentiels de l’évolution de la mémoire de la Shoah en France depuis les années 1970.

En écho à l’intervention d’Henry Rousso, Jean-Pierre Sueur, ami du couple Veil et François Bordry, assistant au cabinet de Simone Veil à la présidence du parlement européen, évoqueront leurs relations avec elle.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation indispensable au 02 38 42 03 91. 
Samedi 23 septembre 2017
à Monts, Maillé, Montreuil-Bellay et Avrillé-les-Ponceaux

/// Visites 

Voyage de la mémoire du Cercil

1ère étape : Camp de la Lande à Monts (Indre-et-loire)
Du 30 novembre 1940 à janvier 1944, un camp d’internement a existé dans la commune de Monts près de Tours, au lieu-dit La Lande. En décembre 1940, 616 personnes, des Juifs de l’Est de la France réfugiés en Gironde puis expulsés, arrivent à Monts. Elles seront rejointes par les Juifs arrêtés sur la ligne de démarcation en Indre-et-Loire et les enfants juifs tourangeaux arrêtés lors de la rafle de juillet 1942. En septembre 1942, les internés sont transférés à Drancy. Au total, 1 121 personnes auront été internées entre décembre 1940 et septembre 1942, 769 seront déportées, 20 survivront, parmi lesquelles aucun enfant. D’octobre 1942 à janvier 1944, le camp de Monts devient un camp d’internement pour femmes résistantes, communistes, provenant principalement des prisons parisiennes et du camp de Gaillon dans l’Eure.
En présence de Valérie Guillermic, maire de Monts et de Mania Gittman, enfant internée dans ce camp. Présentation de l’histoire du camp par Marie-Paule Fresneau-Petitgirard, présidente de l’Areshval. 

2e étape : Village Martyr de Maillé (Indre-et-loire)
Le 25 août 1944, jour de la libération de Paris, une division SS venue de Châtellerault pénètre dans le bourg de Maillé, tandis que le village est encerclé par des soldats de la Wehrmacht. Hommes, femmes, enfants sont systématiquement massacrés. Les Allemandsincendient les bâtiments avant de se replier. Un canon, installé sur une colline voisine, continuera à pilonner le village pendant une partie de l’aprèsmidi. Le soir du 25 août, on compte 124 victimes, âgées de 3 mois à 89 ans ; seulement 8 maisons ne sont pas détruites, sur la soixantaine que comptait le bourg. 
En présence de Bernard Eliaume, maire de Maillé et de Serge Martin, rescapé. Intervention de Romain Taillefait, directeur de la Maison du Souvenir.

3e étape : Camp de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire)
Le 8 novembre 1941, le camp d’internement de Montreuil-Bellay ouvre pour interner 258 nomades transférés du camp de la Morellerie, situé à Avrillé-les-Ponceaux. 243 autres, raflés dans l’Ouest, les rejoignent entre le 9 novembre et fin décembre 1941. En août 1942, on recense 1 096 internés – l’effectif maximum du camp –, principalement des nomades mais aussi des sans domiciles arrêtés à Nantes au printemps, dont beaucoup vont mourir au cours de l’hiver. En janvier 1945, 485 personnes pensent être libérées, 170 seulement le seront. Les autres sont envoyées dans un camp en Charente et 285 personnes dans le camp de Jargeau (Loiret) où elles ne seront libérées que le 31 décembre 1945.
En présence de Marc Bonnin, maire de Montreuil-Bellay et de Jacques Sigot. Intervention de Virginie Daudin, directrice de Centre Régional “Résistance & Liberté” de Thouars.


4e étape : Camp de la Morellerie à Avrillé-les-Ponceaux (Indre-et-loire)
Le camp d’internement de la Morellerie ouvre en décembre 1940 avec l’arrivée de plusieurs familles dites « nomades » selon la loi de juillet 1912. Début juillet 1941, elles sont rejointes par 25 opposants au régime de Vichy provenant du camp d’internement de la Haute-Barde (Beaumont-la-Ronce). Après cette date, des personnes relevant du droit commun rejoignent aussi le camp. Le 8 novembre 1941, les 258 nomades du camp de la Morellerie, dont nombre d’enfants, sont transférés dans le département voisin, le Maine-et-Loire ; ce transfert marque l’ouverture du camp de Montreuil-Bellay. Le 17 novembre de cette même année, ce sont les opposants au régime de Vichy qui seront transférés dans d’autres camps de la région, dont le camp de Rouillé dans la Vienne.
En présence de Jean-Jack Bordeau, maire d’Avrillé-les-Ponceaux et de Vincent Audren, président de l’association « la Mémoire de la Haute-Barde ».

Départ à 7h15 - Retour vers 20h. Repas tiré du panier à la charge des participants.
Tarif : 25 € / 20 € pour les amis du Cercil / 15 € pour les étudiants et les jeunes de moins de 18 ans. Réservation obligatoire au 02 38 42 03 91. 



Jeudi 21 septembre 2017 à 12h
à Pithiviers - square Max Jacob

/// Commémoration

Cérémonie à la mémoire des déportés du convoi n°35
Le 21 septembre 1942, le convoi n°35 partait de la gare de Pithiviers vers le camp d’Auschwitz. Au cours de la cérémonie, seront lus les noms des internés partis dans ce convoi.

Pour les personnes souhaitant partir en car depuis Paris, contacter le Mémorial de la Shoah (réservation indispensable).

Organisée par le Mémorial de la Shoah avec l’Association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France, le Cercil - Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv et le soutien, notamment, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, de la ville de Pithiviers et de la ville de Beaune-la-Rolande.
Samedi 16 et dimanche 17 septembre 2017-14h à 18h
à Orléans - Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

34ème journées européennes du patrimoine : Jeunesse et patrimoine

Le Musée-Mémorial sera ouvert gratuitement le samedi et le dimanche de 14h à 18h.
Visite guidée chaque jour à 14h30 & 16h30.

/// Exposition
Au nom des enfants du Vel d’Hiv : 1942-2017
Exposition réalisée par les classes de 3e professionnelle et de seconde CAP Pro Elec, du Lycée des métiers Jean de la Taille de Pithiviers.

Durant l’année scolaire qui vient de s’écouler, les élèves du Lycée Jean de la Taille ont réalisé une exposition autour du parcours d’enfants juifs âgés de 3 ans à 17 ans en 1942. Ils ont pris le symbole de l’ardoise d’écolier sur laquelle ils ont écrit les prénoms et noms de ces enfants et la forme du baraquement dans lequel ceux-ci ont été internés à Pithiviers ou à Beaune-la-Rolande. Ils ont souhaité mettre en évidence ces deux moments dont l’antinomie est intolérable : l’enfance et la privation de liberté avant leur assassinat. Au nom de ces enfants, ils ont souhaité faire vivre leurs souvenirs, partager leurs histoires pour réfléchir au respect de la différence et à la fraternité.
 
/// Timbres-poste commémoratifs
Retrouvez lors des Journées du patrimoine, les timbres commémoratifs édités par le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv avec l’Association Philatélique du Loiret à l’occasion du 75e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv, pour rendre hommage aux hommes, femmes et enfants juifs déportés à Auschwitz après avoir été internés dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande.


/// Bourse aux livres
Le Cercil propose lors de ces deux journées, la vente de livres d’occasion issus du désherbage de la bibliothèque.

Samedi 16 septembre 2017 à 10h30
à Jargeau - Jardins de la Chanterie

/// Petit déjeuner littéraire et musical
J’ai vu pleurer un vieux tsigane
Lecture musicale par Guy Jimenes, auteur du livre, accompagné par Thierry Bretonnet, accordéoniste.

Le narrateur raconte sa prise de conscience des difficultés liées à l’histoire des tsiganes. Enfant à la fin des années 1960, il a vu pleurer un vieil homme qui se frottait le poignet tatoué d’un chiffre. Comme les autres habitants de son village, il a continué à se moquer de ces nomades qu’on qualifiait de “sales” et “voleurs”. Devenu étudiant en histoire, il a pu faire le lien entre le tatouage du vieux Tsigane et les camps de concentration de la Seconde Guerre Mondiale.

Organisé avec la ville de Jargeau.

Samedi 16 septembre 2017 à 15h
à Orléans - Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

/// Atelier-rencontre avec
Gilles Rapaport
Autour de l’exposition « Les enfants du Vel d’Hiv »

Gilles Rapaport, auteur-illustrateur, travaille pour la presse et la communication. Que ce soit dans les albums Grand-Père, Le convoi des mères ou pour l’exposition Les enfants du Vel d’Hiv, les dessins à l’encre de Gilles Rapaport, blancs, gris, bleus, noirs, réinscrivent la tragédie de la Shoah non seulement dans un destin singulier, dans un passé historique, mais aussi dans le devenir de l’humanité.

Pour adultes et enfants à partir de 10 ans. Places limitées. Gratuit sur inscription au 02 38 42 03 91.


Samedi 16 septembre 2017 à 17h
à Orléans - Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

/// Conférence-exposition
Les faussaires de la Shoah
Par Jean-Pierre Bourgeron

Ceux qui s’intéressent à la collecte et l’identification des artefacts liés à la Shoah alertent sur le problème posé par ceux qui font du profit sur la Shoah en fabriquant et en vendant des objets contrefaits, semant ainsi le doute sur les vrais.

Dimanche 17 septembre 2017 de 10h à 13h30
à Pithiviers - Office de Tourisme

/// Exposition
Du Vel d’Hiv à Auschwitz

Le thème du Concours National de la Résistance et de la Déportation était en 2016-2017 : « la négation de l’homme et l’univers concentrationnaire nazi ». C’est à travers cette question que Shawna Gazzolo et Emma Treyssède, élèves en classe de troisième, au collège Lavoisier de Oucques (Loir-et-Cher), se sont demandé comment raconter l’indicible ? Elles ont choisi la bande dessinée afin de travailler autour du visuel, sans tomber dans « l’image choc ». Dans leur création L’Homme du Lager, elles ont cherché le moyen, entre les lignes, de montrer le processus de déshumanisation à l’oeuvre dans les camps de concentration et d’extermination nazis.

Organisée avec l’Office de Tourisme du grand Pithiverais, à découvrir du jeudi 14 septembre au jeudi 28 septembre, du mercredi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h et le dimanche de 10h à 13h30.

Dimanche 17 septembre 2017 à 15h30
à Orléans - Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

/// Projection
Monsieur Mayonnaise
Film de Trevor Graham, Australie/Allemagne, ZDF, 2016, 91 min.


De Hollywood à Melbourne en passant par Paris, Orléans et Berlin, le peintre et cinéaste Philippe Mora entreprend de reconstituer le parcours extraordinaire de ses parents pendant la Seconde Guerre mondiale. L’enquête qu’il a menée pour réaliser ce film l’a conduit en 2015 jusqu’au Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv, où il a notamment rencontré Catherine Thion, docteure en histoire, chargée de recherches au Cercil, qui l’a aidé à retracer l’itinéraire de sa mère, libérée in extremis du camp de Beaune-la-Rolande où elle avait été conduite après la rafle du Vel d’Hiv avec d’autres membres de sa famille.
Mardi 12 septembre 2017 à 18h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

/// Visite commentée
par Gérard Vergnolles, membre de l'Association Philatélique du Loiret. 

Dans le cadre de l’exposition temporaire

Ecrire pour survivre 
Le courrier dans les camps d'internement de Beaune-la-Rolande et Pithiviers

Pour ceux, Juifs français et étrangers, qui furent internés entre 1941 et 1943 dans les camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers avant leur déportation à Auschwitz, les lettres maintiennent le lien familial qui leur est essentiel pour survivre. Pour nous, elles restent un témoignage irremplaçable de ce que ces hommes, ces femmes et ces enfants, vécurent là, de leur vie quotidienne, de leurs espoirs et découragements, de l’angoisse pour leurs familles désormais seules devant les persécutions quotidiennes. Elles sont aussi pour l’historien une source d’information essentielle sur l’organisation de ces camps et la vie de ceux qui y ont été internés. Enfin, pour le philatéliste, elles apportent de précieux renseignements sur les inscriptions et tampons divers (censure…) figurant sur les enveloppes et les cartes inter-zones.

Exposition conçue par le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv avec l’Association Philatélique du Loiret. Présentée jusqu’au 5 novembre inclus.
Dimanche 10 septembre 2017 de 11h à 19h
à Orléans 

/// Rentrée en fête

Cette année, Place du Martroi, retrouvez l’équipe du Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv, bénévoles et salariés, à l’occasion de Rentrée en fête. Vous pourrez découvrir l’histoire du Cercil-Musée Mémorial, ainsi que sa programmation culturelle et les événements à venir.