Vacances scolaires 
//// décembre 2013


Vendredi 27 décembre à 15h
Atelier


Le dessin animé, outil de propagande pendant la Seconde Guerre mondiale
par
Aude Prieur
, médiatrice culturelle

Cet atelier met en lumière la critique ou l’éloge de la société allemande totalitaire et antisémite qui ont été faits sous les crayons américain, nazi et vichyste.





Dimanche 29 décembre à 15h
Visite commentée du Musée-Mémorial
par Hélène Mouchard-Zay, présidente du Cercil




Vendredi 3 janvier 2014 à 15h
Visite commentée de l’exposition
La musique internée dans les camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers

par Aude Prieur, médiatrice culturelle

mardi 17 décembre à 18h
//// Conférence

« Est regardé comme … »
par Gabriel Bergounioux, professeur de linguistique à l'Université d'Orléans, Laboratoire Ligérien de Linguistique



En écho au spectacle L’âme au diable par la Compagnie de l’Eau qui dort sur l’impact de ces chansons haineuses souvent interprétés par des chanteurs célèbres.

Que nous disent d’une société les discours racistes, antisémites, misogynes ou homophobes ? Qu’en penser lorsqu’ils sont relayés, banalisés dans l’espace public parfois sous la forme d’une chanson.






En partenariat avec la Scène Nationale d’Orléans.

En présence de Jérôme Marin, Marianne Baillot et Daniel Larrieu, créateurs et interprètes de L’âme au diable.




mardi 10 décembre à 18h
//// Inauguration de l'exposition la musique internée
dans les camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers

De mai 1941 aux premières déportations, 3700 Juifs, tous des hommes, sont internés dans les camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers. Les jours, les semaines, les mois se succèdent sans aucune perspective de libération. 

A cela s'ajoute la persécution antisémite qui s'amplifie à Paris et que subit leur famille. Si certains ont la possibilité d'aller travailler à l'extérieur, beaucoup restent derrière les barbelés, en proie à une angoisse qui grandit de jour en jour.

Parmi ces hommes se trouvent des musiciens, des compositeurs, des chefs d'orchestre. Ils organisent et proposent aux autres internés des activités autour de la musique : chorale, orchestre, pratiques individuelles, cours de chant...

Suivie d'une conférence de Bruno Giner, compositeur et musicologue

De Weimar à Terezin, l'épuration musicale 1933-1945 
Rencontre animée par Isabelle Rouard, musicologue.

mardi 3 décembre à 18h
//// Le grand témoin du Cercil
Médiathèque de Saint-Jean-de-la-Ruelle


Régine Frydman

Régine a huit ans en 1940 quand les Allemands enferment 450 000 Juifs dans le ghetto de Varsovie. Elle n'aurait pas survécu si son père Abram Apelkir n'avait pas, risqué sa vie en sortant du ghetto pour trouver de la nourriture et puis pour cacher sa famille, notamment sa petite sœur Nathalie, née dans le ghetto.

Régine Frydman nous fait partager son témoignage dans son livre J’avais huit ans dans le ghetto de Varsovie (éd. Tallandier, 2011).


Rencontre animée par Hélène Mouchard-Zay, présidente du Cercil.
samedi 30 novembre
//// Projection en partenariat avec l'APAC
Lore de Cate Shortland (108 min, Memento, 2013)

En 1945, à la fin de la guerre, Lore une jeune adolescente, fille d’un haut dignitaire nazi, traverse l’Allemagne avec ses frères et sœurs. Livrés à eux-mêmes, au milieu du chaos, leur chemin croise celui de Thomas, un jeune rescapé juif.
Pour survivre, Lore n’a d’autre choix que de faire confiance à celui qu’on lui a toujours désigné comme son ennemi...

Tarif normal : 5.50€
Tarif réduit : 4.50 € (étudiants, chômeurs, adhérents APAC et Cercil)
Renseignements : 02 38 53 70 49
mardi 26 novembre à 18h
//// Conférence

Les Français des années noires. Histoire, mémoire, usages du passé par Pierre Laborie, ancien professeur d'histoire contemporaine à l'Université Toulouse II-Le Mirail et directeur d'études à l’Ehess


Le problème des comportements collectifs sous Vichy et l’Occupation, reposé en permanence, reste un objet de débat. Il n’a cessé de donner lieu à des interprétations divergentes où les reconstructions partisanes, les stéréotypes, les enjeux de mémoire et les préoccupations du présent ont souvent pris le pas sur la volonté de comprendre. Sans prétendre apporter une réponse définitive, l’histoire peut aider à dépasser les simplismes des jugements péremptoires.



Pierre Laborie est l’auteur de Le chagrin et le venin (éd. Bayard, 2011) entre autres ouvrages.

Conférence animée par Noëlline Castagnez, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Orléans.

En partenariat avec l’Université d’Orléans. 

mardi 19 novembre à 18h
//// projection dans le cadre du mois du film documentaire
En remontant la rue Vilin de Robert Bober (49 min, CNC, 1992)


« De 1969 à 1975, Georges Perec va chaque année dans la rue Vilin, à Menilmontant, et, dans le cadre d’un livre en cours provisoirement intitulé « Lieux » en entreprend la description. C’est la rue où il vécut les six premières années de son enfance. De 1936 à 1942.
En mars 1982, le surlendemain de la mort de Georges Perec, je suis allé rue Vilin. La pioche des démolisseurs achevait d’anéantir ce qui avait survécu. Vouloir conserver une image est le sentiment qui précède tout acte photographique. »
Robert Bober


Débat animé par Myriam Soussan, docteure en littérature comparée. Elle est l'auteure de l'article La mémoire vivante des lieux : Georges Perec et Robert Bober
mardi 12 novembre à 18h
//// Conférence dans le cadre du centenaire de la naissance de Charlotte Delbo
Écrire après Auschwitz, Charlotte Delbo par Violaine Gelly, journaliste 


Issu d’une famille modeste, Charlotte Delbo adhère en 1932 aux  Jeunesses communistes . Elle  rencontre en 1934 le militant communiste Georges Dudach, qu’elle épouse. En 1937, elle devient la    secrétaire de Louis Jouvet. En 1941, Georges et elle entrent dans la Résistance. Ils sont arrêtés le 2 mars 1942 par les Brigades spéciales. Georges est fusillé au fort du Mont-Valérien, le 23 mai 1942.
Charlotte Delbo est déportée de Compiègne avec Adélaïde Hautval, arrêtée en tant qu’« amie des Juifs  » et internée à Pithiviers en juillet 1942.
Charlotte Delbo écrit une œuvre faite de récits, de pièces de théâtre et de poèmes, essentiellement autour de la déportation. Ses livres figurent parmi les plus forts sur ce sujet, avec ceux de Primo Levi, et Jorge Semprun.
 Conférence animée par Thierry Bouchard, directeur de la revue Théodore Balmoral et 
ponctuée de lecture de textes de Charlotte Delbo par les élèves de l’option théâtre du lycée Jean Zay.
Violaine Gelly est l’auteure, avec Paul Gradvohl, de la biographie de Charlotte Delbo.
En partenariat avec l’Université de Lettres d’Orléans et l’option théâtre du  lycée Jean Zay.

jeudi 7 novembre à 18h
//// Rencontre avec Laurent Galandon, scénariste BD
Médiathèque de Saint-Jean-de-Braye

Laurent Galandon, scénariste de BD, raconte la vie de gens confrontés à un contexte sociétal ou historique qui les broient : la Shoah, le génocide arménien, la Guerre d’Algérie, le rejet des tsiganes, les bagnes d’enfants, les adolescents de Medellin, le terrorisme, l’enfance méprisée… Il réalise un travail exemplaire grâce à son empathie envers les personnes qui souffrent et à travers son analyse de la nature de cette violence.


Rencontre animée par Gilles Cazenave-Cambot, professeur missionné par le Rectorat de l’Académie d’Orléans-Tours et Valérie Bongibault, directrice de la médiathèque de Saint Jean de Braye.

Dans le cadre d’une résidence organisée par bd BOUM.
En partenariat avec la médiathèque de Saint-Jean-de-Braye, Legend BD et le Festival Bulles en Val.

mardi 5 novembre à 18h
//// projection dans le cadre du mois du film documentaire
Autour du réalisateur Jérôme Prieur

Le mur de l’Atlantique (France, 1h11, 2010)


Cette muraille a été construite sur l’ordre d’Hitler, sous la conduite de l’organisation Todt. Mais elle n’a pas été bâtie directement par les allemands. Elle a fait vivre, prospérer de nombreuses entreprises françaises et a donné du travail, volontaire ou forcé, à des milliers de personnes.


Ce film est en lien avec l’exposition temporaire du Cercil Provisoirement non-déportables... « Conjoints d’aryenne » internés dans les camps du Loiret, déportés sur l’île anglo-normande d’Aurigny, prolongée exceptionnellement jusqu’au dimanche 24 novembre 2013.

  
Collation et poursuite des échanges avec le réalisateur


à 20h30

Hélène Berr, une jeune fille dans paris occupé (France, 1h21, 2013 inédit


D'après le journal d'Hélène Berr (éd. Tallandier et Points Seuil)
Zone de Texte: © Mémorial de la shoah / CDJC – collection Job 


n présence de
Mariette Job, nièce d’Hélène Berr.

En présence de Mariette Job, nièce d'Hélène Berr.

Etudiante brillante et violoniste très douée, Hélène Berr est promise à un bel avenir. Malgré l'Occupation, elle se croit à l’abri parce que française. Le statut des Juifs promulgué par Vichy l'empêche pourtant de passer le concours de l’agrégation d’anglais, mais la jeune fille continue à suivre les cours de la Sorbonne. C'est là qu'elle va tomber amoureuse...   Le 7 avril 1942, Hélène commence à écrire son journal intime quelques jours après avoir fêté ses 21 ans.
Dimanche 29 septembre à 15h
Visite guidée du Musée-Mémorial des enfants du Vel d'Hiv
par Hélène Mouchard-Zay

Journées Européennes du Patrimoine à Pithiviers
//// Dimanche 15 septembre à 10h


Le camp de Pithiviers : quel patrimoine à sauvegarder ? 
par Nathalie Grenon, directrice du Cercil


Mai 1941 : Le camp de Pithiviers est le 1er camp français, avec celui de Beaune-la-Rolande, à ouvrir pour permettre l’internement des Juifs. De juin à septembre 1942, il deviendra avec la gare plateforme logistique de la politique d’extermination mise en œuvre par les nazis avec la complicité de Vichy.


Dès 1946, les associations juives et la mairie organisent des commémorations. Quelles traces sont conservées à Pithiviers ?

Rendez-vous à 10h devant le monument aux morts de la place du Martroi.
Les déplacements se feront en voiture, co-voiturage possible.

Journées Européennes du Patrimoine à Beaune-la-Rolande
//// Samedi 14 septembre à 15h


"Conjoints d'aryen" internés dans le camp de Beaune-la-Rolande par Catherine Thion, historienne

Conférence organisée par le Cercil et la mairie de Beaune-la-Rolande. Salle du Terminus, avenue de la gare.
Journées Européennes du Patrimoine au Cercil
//// Samedi 14 septembre
Le Cercil - Musée-Mémorial des enfants du Vel d'Hiv est ouvert gratuitement de 14h à 19h

à 14h
Présentation des baraques de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers 
et notamment celle implantée dans la cour du Musée et classée Monument Historique
Avec Jean-Michel Kalouguine, expert des baraquements militaires en bois


à 15h et 17h
Présentation des lieux d'internement de la Seconde Guerre mondiale en Région Centre : histoire, préservation et valorisation

à 16h
Visite guidée de l'exposition Provisoirement non-déportables...
"Conjoints d'aryenne" internés dans les camps du Loiret, déportés sur l'île anglo-normande



//// Dimanche 15 septembre
Le Cercil - Musée-Mémorial des enfants du Vel d'Hiv est ouvert gratuitement de 14h à 18h

à 15h et 17h
Présentation des lieux d'internement de la Seconde Guerre mondiale en Région Centre : histoire, préservation et valorisation

à 16h
Visite guidée de l'exposition Provisoirement non-déportables...
"Conjoints d'aryenne" internés dans les camps du Loiret, déportés sur l'île anglo-normande



Samedi 31 août à 15h
Visite guidée 
Sur les traces du camp de Jargeau
par Nathalie Grenon, directrice du Cercil



Rendez-vous devant l’entrée du collège.
            
La construction du camp de Jargeau débute pendant l’hiver 1939… Réquisitionné par les Allemands en juin 1940 il devient un camp d’internement principalement pour les Tsiganes.
Les derniers internés ne seront libérés qu’en décembre 1945.


Visite gratuite. Organisée avec l’Office du Tourisme de Jargeau.




Jeudi 29 août à 15h
Visite guidée Orléans sous l’Occupation et les persécutions


par Christophine Baranger, médiatrice pédagogique










Auteur inconnu AMO (3Fi87)
Mercredi 28 août à 15h
Visite guidée en anglais du Musée Mémorial
English guided tour of the Memorial Museum


Mardi 27 août à 15h
Visite guidée de l'exposition 
Provisoirement non-déportables « Conjoints d’aryennes » internés dans les camps du Loiret, déportés sur l’île d’Aurigny

par Catherine Thion, historienne au Cercil, co-commissaire de l'exposition

Dimanche 25 août à 15h
Visite guidée du Musée-Mémorial des enfants du Vel d'Hiv
par Hélène Mouchard-Zay


Mercredi 21 août à 15h
Visite guidée L'ancien camp de Pithiviers
par Nathalie Grenon, directrice du Cercil


• Pendant deux heures, à l’aide d’archives, de photographies, de témoignages, nous décrirons ce qu’a été le camp de Pithiviers et la vie des milliers de Juifs internés pendant plus d’une année avant leur déportation et leur assassinat à Auschwitz. Puis nous analyserons le processus qui a rendu possible la séparation des femmes et des enfants arrêtés au  Vel d’Hiv.

Rendez-vous à 15 mn  avant devant la gare de Pithiviers.
3 € à régler à l’Office de tourisme - Gratuit pour les moins de 15 ans.


Mercredi 24 juillet à 15h
Visite guidée du Musée-Mémorial
par Aude Prieur, médiatrice culturelle


Jeudi 18 juillet
Visite guidée de l'exposition Provisoirement non-déportables « Conjoints d’aryennes » internés dans les camps du Loiret, déportés sur l’île d’Aurigny
par Catherine Thion, historienne au Cercil, co-commissaire de l'exposition


• Les participants à cette visite appréhenderont l’histoire des déportés juifs de l’île d’Aurigny en s’appuyant sur l’histoire de deux d’entre eux : Abraham Noz (interné plusieurs mois au camp de Beaune-la-Rolande) et Georges Kovacs.

Mardi 16 juillet à 15h
Atelier 
La rafle du Vel d’Hiv dans le cinéma français
par Catherine Thion, historienne au Cercil




• 
Les 16 et 17 juillet 1942, plus de 13 000 Juifs de Paris et de sa banlieue, dont 4 115 enfants, la plupart nés en France, sont arrêtés par la police française : c’est la rafle du Vel d’Hiv. Comment a-t-elle été représentée au cinéma, dans des œuvres de fiction ?
 
Jeudi 11 juillet à 15h
Visite guidée 
Orléans sous l’Occupation et les persécutions
par Christophine Baranger, médiatrice pédagogique



• Sur les traces de la Seconde Guerre mondiale à Orléans pour découvrir les lieux de pouvoir des autorités allemandes d’occupation, du régime de Vichy, ainsi que des lieux de persécution des Juifs, de cachette et de mémoire. Des documents d’archives permettent de resituer le contexte et les acteurs de cette période.


Vendredi 21 juin à partir de 18h30
Fête de la Musique
Musiques juives et tsiganes d'Europe de l'Est

par les élèves du Conservatoire d'Orléans



1. Groupe klezmer

    - 7:40
    - Bey mir bistou sheyn
    - Galistianer tensl
    - Suite roumaine

2. Dvorak - quintet à cordes (1er mouvement)

3. Chants yiddish et hébraïque 

    - Tumbalalaïka
    - Belz
    - A nigun
    - Mazel
   - A yiddishe mama
   - Yerushalaïm shel zahav

4. Dvorak - quintet à cordes ( 2ème mouvement)

5. Danses roumaines de Bartok

6. Groupe klezmer

    - Orientalishe melody
    - Gasn nign
    - Tants, yidelekh, tants!
    - Freilach


Mardi du cercil Mardi 11 juin à 18h
Le grand témoin du Cercil
Dans le cadre des Mardis du Cercil et des 70 ans de l’insurrection du ghetto de Varsovie

Larissa Cain
Ghettos en révolte - 1943


• Juifs polonais, ils s’appelaient Yourek, Kazik, Reginka, Israël, Mordechai. Ils avaient 13, 16, 18, 20 ou 24 ans. Dès le début de l’occupation allemande, ces jeunes combattants ont participé aux mouvements de résistance, acteurs de combats méconnus, ceux des nombreux ghettos de Pologne. Agents de liaison dans tout le pays, ils ont initié la résistance armée, transporté des armes et sauvé des hommes. Lutte désespérée, révolte pour la dignité de l’homme contre la barbarie nazie. Révoltes trop souvent ignorées qui tranchent avec l’image de la passivité des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. 
Larissa Cain qui est née en 1932, elle-même évadée en décembre 1942 du ghetto de Varsovie, a lu tous les ouvrages publiés sur le sujet ainsi que des documents inédits, elle a consulté les historiens, recueilli des témoignages et réalisé des interviews pour faire sortir de l’oubli quelques-unes de ces personnalités hors du commun.

Larissa Cain à publié "Ghettos en révolte - Pologne 1943" - éditions Autrement 2003 - Série : Mémoires -  Disponible à la librairie du Cercil


Mardi du cercil Mardi 4 juin à 18h
Dans le cadre des Mardis du Cercil
Projections

à 18h00
"Drancy 1941-1944. Un camp aux portes de Paris"  en présence du réalisateur Philippe Saada

(2012, France, 71 min, Roche Productions, AB groupe et France Télévisions avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah)


• Son vrai nom : la cité de la Muette mais pour l’histoire, elle portera le nom de la commune où le camp d’internement fut implanté : Drancy. Philippe Saada raconte son histoire en utilisant les dernières découvertes d’archives du Mémorial de la Shoah et les recherches récentes d’historiens, dont Michel Laffitte, coauteur du film et Annette Wieviorka. La cité avait été pourtant conçue pour être un grand ensemble moderniste, fleuron du logement social des années 1930. Elle est devenue un lieu d’internement et de transit des Juifs en France. De 1942 à 1944, la quasi-totalité des 76 000 juifs déportés de France passèrent par Drancy avant leur déportation. Commandé par les Allemands et administré par les Français, le camp fut le miroir des relations ambiguës entre l’Allemagne et le régime de Vichy, un concentré des politiques qui s’y sont succédé : alternance de zèle et de blocage.


à 19h30 Collation


à 20h00

"Joseph Epstein, bon pour la légende"  de Pascal Convert

(2008, France, 65 min - avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah)


• Pascal Convert a entrepris de retracer la vie méconnue de Joseph Epstein, ce grand résistant, fusillé le 11 avril 1944, la biographie prenant la forme d’une lettre directement adressée à son fils Georges Duffau-Epstein (notre guide lors de la visite du dimanche 9 juin au Mont-Valérien). 

Un film rigoureux et émotionnellement impliqué, une enquête sur un homme, sa pensée, son action, et son univers, celui de l’Internationale communiste, du Front populaire, de la guerre d’Espagne, de la Résistance, où l’on croisera la route de Jean Moulin, Raymond et Lucie Aubrac, Joseph Minc, Lise London…