Mardi 22 octobre 2019 à 18h
à Orléans – La Ruche en scène

CREATION
/// Spectacle

La tombe est dans la cerisaie
D’après le texte de Arnold Daghani. Interprété par Vicky Lourenço et Loredana Flori, 
récitantes ;  Thierry Leu, contrebasse et Paul Davies, guitare.

Le journal du peintre Arnold Daghani, La tombe est dans la cerisaie, fut publié en roumain en 1947. Il paraît pour la première fois en français dans une traduction à la fois de l’allemand et du roumain de Philippe Kellmer, ami d’enfance de Paul Celan, l’un des rares compagnons de déportation de Daghani ayant survécu. Il s’agit d’un document décisif mettant à jour l’un des aspects de la Shoah aujourd’hui encore méconnu. Arnold Daghani y évoque le camp de Mikhaïlovka entre 1942 et 1943. Ce camp, où ont été assassinés, parmi mille autres victimes juives, les parents de Paul Celan et la poétesse Selma Meerbaum, fait partie des multiples lieux de déportation installés le long du Boug, fleuve de l’Ukraine alors occupée par les Allemands. Les déportés juifs, avant d’être assassinés, y travaillaient pour l’organisation Todt (organisme de génie civil et militaire au service du Troisième Reich nazi sur l’ensemble des territoires occupés pendant la Seconde Guerre mondiale) à la construction de la route militaire stratégique pour l’approvisionnement de l’armée allemande longue de deux mille kilomètres et connue sous l’abréviation DGIV. Elle reliait Lwów (alors polonaise) au sud de l’Ukraine. Le journal de Daghani, qui livre des données factuelles terrifiantes, est écrit sur un ton qui confère au Mal l’aspect d’une banalité absolue aux conséquences quotidiennes implacables. Il se termine par le récit haletant de l’évasion de Daghani et de sa femme, Anisoara.

Le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv s’associe cette année encore, aux Rencontres artistiques de musiques improvisées (RAMI), organisées par l’association "Le Nuage en pantalon". Ce festival proposera pour sa 5e édition, de croiser la musique et la poésie pour en souligner leur complémentarité voire leurs similitudes.


Mardi 22 octobre 2019 à 15h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

CREATION
/// Lecture musicale pour petits et grands

Otto

D’après le texte de Tomi Ungerer. Interprété par Guillaume Schenck, voix ; Fred Ferrand, accordéon. Daniel Pinault, accessoires et décor.

Otto est un ours en peluche qui nous raconte sa vie à la fois drôle, tragique et émouvante. À travers l’histoire d’Otto, Tomi Ungerer aborde les thèmes qui lui sont chers : la différence, la guerre, la violence sociale. Il insiste aussi dans ce récit sur l’amitié, la fraternité et la question de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah.

Le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv s’associe cette année encore, aux Rencontres artistiques de musiques improvisées (RAMI), organisées par l’association "Le Nuage en pantalon". Ce festival proposera pour sa 5e édition, de croiser la musique et la poésie pour en souligner leur complémentarité voire leurs similitudes.

Jeudi 10 octobre 2019 à 19hà Orléans, Cinéma des Carmes
/// Projection en présence du réalisateur Pierre Müller
Une Vieille histoire
film réalisé par Pierre Müller, 1981, 52 minutes
Alors que la rumeur d’Orléans reste un événement marquant de la fin des années soixante qui illustre une forme ancestrale de circulation de l’information chargée des fantasmes d’un antisémitisme “populaire”, il existe très peu d’images de ce fait de société. Bien sûr le livre d’Edgar Morin et de ses étudiants apporte un éclairage très précieux (même s’il est parfois contestable), parce que justement s’appuyant sur des témoignages “à chaud” recueillis dès l’été 69. Mais le film de Pierre Müller et du journaliste Luc Rosenzweig a cela d’essentiel, en comblant ce vide laissé par les médias d’alors, de proposer les seules images des témoins de cette histoire provinciale, à un moment où, douze ans après, si le recul affine la réflexion, le souvenir est encore vivace dans les mémoires des personnes rencontrées.

En partenariat avec Mag Centre.
Mercredi 9 octobre 2019 à 13h 
à Paris - Cinéma Le Saint-André des Arts 
/// Projection 
Betty Marcusfeld
film documentaire de Martine Bouquin, 90 minutes.  
En novembre dernier, le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv soutenait le travail de Martine Bouquin en l'accueillant, en partenariat avec l'agglomération Montargoise et Rive du Loing, pour la projection de son film "Baba".Ce mercredi 9 octobre, sort en salle son film "Betty Marcusfeld" à découvrir au Cinéma Le Saint-André des Arts (30 rue Saint André des Arts, Paris 6).
"Martine Bouquin choisit les chemins multiples, sinueux de l'enquête. Je ne connais aucun film sur l'horreur de la Shoah qui parle comme celui-ci à mi-voix, comme un murmure, d'une histoire familiale aussi insaisissable que partagée sans doute par beaucoup d'autres familles. « Le passé n'est pas mort il n'est pas passé. » Faulkner cité par Godard". Edgardo Cozarinsky.

Tous les jours à 13h (sauf mardi) en présence de la réalisatrice et de ses invités:
9 octobre : Corinne Baccharach - Programmatrice de « Mémoire familiale » au Mahj de 2000 à 2017
10 octobre : Thierry Garrel - « chevalier documentaire »
11 octobre : Katy Hazan - Historienne à l’OSE (œuvre de secours aux enfants)
12 octobre : Norma Guevara - Chargée de programme du Festival International de Films de Femmes (Créteil)
13 octobre : Antoine de Gaudemar - Responsable éditorial de la société de production audiovisuelle Folamour.
14 octobre : Nicole Dorra - Fondatrice et Présidente de « Ciné-Histoire »
16 octobre : Benoît Jacquot - Cinéaste
17 octobre : Galith Touati - Historienne, Directrice de l’association « L’enfant et la Shoah -Yad.Layeled France »
18 octobre : Claude Guisard - Ancien directeur des programmes de création de l’ INA.
19 octobre : François Caillat - Cinéaste
20 octobre : Ginette Kolinka - Déportée à Auschwitz, son témoignage est dans son livre « Retour à Birkenau »
21 octobre : Natalie Balsan - dessinatrice, peintre, graveur
29 octobre : Béatrice Commengé - Ecrivain
5 novembre : Joseph Morder - Cinéaste

Mardi 17 septembre 2019 à 18h
à Orléans, Cercil-Musée Mémorial

/// Conférences et exposition photographique

Septembre 1939 : 
Comment les Français sont entrés dans la Guerre ?

par Fabrice Grenard, historien, directeur historique de la Fondation de la Résistance.

L’ampleur de la défaite de mai-juin 1940 est telle qu’elle a contribué à « écraser » la période qui l’a précédée et qui est entrée dans l’histoire sous la formule de « drôle de guerre ». Elle a surtout contribué à développer de nombreuses idées reçues sur un pays qui ne voulait pas faire la guerre et n’y était pas préparé. L’étude des différentes sources disponibles, notamment les rapports d’opinion, archives administratives et militaires, montre pourtant que la mobilisation de septembre 1939 s’était parfaitement déroulée, que les Français étaient tout aussi déterminés à faire leur devoir que leurs aînés de 1914 et que le pays était confiant dans la victoire. Les premières semaines du conflit illustrent également que le pays est bien en guerre, avec un quotidien totalement bouleversé, des populations déplacées, des mesures de défense passive partout appliquées.

Précédée de la projection de
SIEGE - Varsovie 1939
film documentaire de Julien Bryan, 9 min.
Ce film a été enregistré par le photojournaliste américain Julien Bryan à Varsovie en sep-tembre 1939. Il a été nominé pour l’Oscar de 1941 dans la catégorie du meilleur court-métrage documentaire.

En écho à la présentation de l’exposition et du film, Piotr Biłos, responsable de la section de polonais à l’INALCO (Paris) et maître de conférences HDR, interviendra sur le thème du siège de Varsovie vu à travers l’objectif de Julien Bryan.

Organisée avec le Réseau des Cafés historiques en région Centre-Val de Loire, en partenariat avec l’association Loire Vistule. Exposition réalisée par « Dom spotkań z historią » avec le concours de la ville de Varsovie, présentée en partenariat avec l’Institut Polonais (Paris).

Réservations au 02 38 42 03 91.

Dimanche 8 septembre 2019 de 11h à 19h
à Orléans - Place du Martroi (stand 033)

/// Journée des associations 

Rentrée en fête

Retrouvez lors de cette journée l’équipe du Cercil Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv, l’histoire des camps de Beaune-la-Rolande, Pithiviers et Jargeau, ainsi que la programmation culturelle du Cercil.
Jeudi 29 août 2019 à 15h 
à Orléans, Cercil-Musée Mémorial 

/// Visite commentée 

Visite du Musée-Mémorial pour petits et grands 

Découvrez le Musée-Mémorial des enfants du Vel d'Hiv à travers l’itinéraire d’Isaac Millman, enfant caché pendant la Seconde Guerre mondiale et l’histoire de sa famille.

Tous publics à partir de 10 ans.
Renseignements et réservations au 02 38 42 03 91. 
Jeudi 22 août 2019 à 15h 
à Orléans - Cercil-Musée Mémorial 

/// Visite commentée de l'exposition temporaire 

« 14 mai 1941 et ce fut le commencement »



Le 14 mai 1941, 3 700 Juifs, tous des hommes étrangers sont arrêtés à Paris et envoyés dans les camps d’internement de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers. Ils y resteront plus d’une année avant d’être déportés à Auschwitz directement depuis les gares de Beaune-la-Rolande ou de Pithiviers. Nous avons choisi de reconstituer le parcours de 10 hommes, leur internement dans des conditions extrêmement précaires, auxquelles s’ajoute la douleur d’être séparé de leur famille, leurs espoirs, la joie de fabriquer des objets qu’ils offrent à leurs enfants... Lettres, objets, photographies, dessins sont mis en parallèle avec les documents administratifs qui organisent leur internement puis leur déportation.

Informations et réservations au 02 38 42 03 91. 
Mardi 20 août 2019 à 15h
à Orléans – Rdv au Cercil-Musée Mémorial

/// Visite commentée

Orléans sous l’occupation et les persécutions


Découvrez les lieux où se sont installées les forces d’occupation et les représentants du gouvernement de Vichy. A l’aide de documents d’archives, sont rappelés sur les lieux mêmes, les bombardements, la répression, la vie quotidienne, les persécutions antisémites, les déportations…

Informations et inscriptions au 02 38 42 03 91 
Fermeture du Cercil du 1er au 15 août 2019

Toute l'équipe du Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv vous souhaite un bel été et vous retrouve avec plaisir dès le vendredi 16 août !



Informations au 02 38 42 03 91
Dimanche 28 juillet 2019 à 15h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

/// Visite commentée

Visite du Musée-Mémorial

par Hélène Mouchard-Zay.

Tous publics à partir de 10 ans.
Informations et réservations au 02 38 42 03 91.
Jeudi 25 juillet 2019 à 15h 
à Orléans, Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

/// Visite commentée 


Visite commentée du Musée-Mémorial

Tous publics à partir de 10 ans. 
Inscriptions et informations au 02 38 42 03 91. 
Jeudi 18 juillet 2019 à 15h 
à Pithiviers - Rdv à l'ancienne gare

/// Visite commentée

Sur les traces de l’ancien camp d’internement de Pithiviers

Organisée avec l'Office de Tourisme du Grand Pithiverais. 

Informations et réservations au 02 38 42 03 91. 


Mardi 16 juillet 2019 à 15h 
à Orléans, Cercil-Musée Mémorial 

/// Projection ou visite commentée 

Elle s'appelait Sarah 

film de Gilles Paquet-Brenner, France, 2010, 110 min. 

Julia Jarmond, journaliste américaine installée en France depuis 20 ans, enquête sur l'épisode douloureux du Vel d'Hiv. En remontant les faits, son chemin croise celui de Sarah, une petite fille qui avait 10 ans en juillet 1942. Ce qui n'était que le sujet d'un article devient alors, pour Julia, un enjeu personnel, dévoilant un mystère familial. Comment deux destins, à 60 ans de distance, vont-ils se mêler pour révéler un secret qui bouleversera à jamais la vie de Julia et de ses proches ?

Visite commentée du Musée-Mémorial
autour de la rafle du Vel d'Hiv. 

Inscriptions et informations au 02 38 42 03 91. 
Jeudi 11 juillet 2019 à 15h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

/// Visite commentée

Visite du Musée-Mémorial
Tous publics à partir de 10 ans.

ou



/// Atelier d’arts plastiques pour petits et grands


Construire un monde sans haine
Tous publics à partir de 8 ans.

Renseignements et réservations au 02 38 42 03 91. 
Mardi 9 juillet 2019 à 15h 
à Fleury-les-Aubrais

/// Visite commentée

Nécropole nationale de Fleury-les-Aubrais

par Nathalie Grenon, Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv.

Peu de gens le savent, mais Fleury-les-Aubrais abrite la plus importante nécropole de regroupement en France située loin des champs de batailles.
Depuis 1951, y sont regroupés 3 400 soldats décédés lors de l’une ou l’autre des deux guerres mondiales. Durant ces deux conflits, l’armée française a fait appel à son empire colonial. Ces milliers d’hommes d’origines très diverses ont combattu et sont morts ensemble. Le travail de recherche mené par le Cercil permet d’approcher cette histoire dans toute sa complexité. Cette visite aborde aussi un sujet peu connu, les crimes racistes commis par certains soldats de la Wehrmacht sur plusieurs centaines de soldats de l’armée française, de ceux qu’on appelait les “tirailleurs sénégalais”. Ce fut le cas à Clamecy en Bourgogne ou encore à Gaubertin, entre Beaune-la-Rolande et Pithiviers.

Tout public - durée : 2h.
Rdv à la Nécropole - Rue Marcelin Berthelot

Organisée avec l'ONAC-VG et la ville de Fleury-les-Aubrais.


Dimanche 30 juin 2019 - départ place de l'Église à 9h30
à Bray-Saint-Aignan / Saint-Benoît

/// Cheminade vélo

Sur les pas de Max Jacob, entre Val et forêt

En cette année de commémoration du 75e anniversaire de la mort de Max Jacob, l’Office de Tourisme du Val de Sully et le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv s’associent pour organiser un parcours à vélo pour lui rendre hommage. Seront parcourus les endroits que l’homme de Lettres fréquentait alors qu’il habitait Saint-Benoît : la campagne, la gare, la Loire, la forêt, l’abbaye de Fleury, ses lieux de retraite, le lieu de son arrestation.

Le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv accompagnera cette cheminade en commentant des photographies de Max Jacob prises à Saint-Benoît. Seront évoqués avec des témoins, son arrestation, son transfert à la prison d’Orléans, puis son internement au camp de Drancy où il mourut.

Il est possible de rejoindre le groupe à 11h, à l'abbaye, pour effectuer le reste de la visite à pied.

Inscription auprès de l’Office de Tourisme au 02 38 36 23 70.
Organisée par l’Office de Tourisme du Val de Sully.

Randonnée cycliste accompagnée et commentée d'environ 20 km. 
Gratuit. Venir avec son vélo en bon état – Casque obligatoire - Gilet fluo préconisé.
Prévoir son pique-nique qui sera pris en charge au départ pour un repas partagé en toute convivialité.

Vendredi 21 juin 2019 à 18h
à Orléans - Cercil-Musée Mémorial

/// Concert

Fête de la musique 

sous la direction artistique de Guillaume Dettmar

Le conservatoire d’Orléans, Musique & Équilibre et l’École de Musique de Saran, nous feront écouter de la musique Klezmer, des chants yiddish, et nous inviteront à danser, accompagnés des élèves du collège Malraux de Saint Jean de la Ruelle, une danse yiddish traditionnelle.

Organisé en partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Départemental de Musique, de Danse et de Théâtre d’Orléans, l’École de Musique de Saran et Musique & Équilibre.

Jeudi 20 juin 2019 à 18h30
à Orléans – Cinéma Les Carmes

/// Rencontre

Valérie Zenatti

autour du livre Dans le faisceau des vivants (éditions de L'Olivier, 2019).

Aharon Appelfeld était l’un des grands écrivains de notre temps. Valérie Zenatti a traduit la plupart de ses livres.

Leur relation n’était pas seulement celle d’un romancier et de sa traductrice, c’était aussi celle de deux amis qui se parlaient sans cesse.

De quoi parlaient-ils ? D’écriture, de langues, d’amour, d’animalité, d’enfance. De la terreur d’être traqué.

Ils partageaient également quelques silences. Lorsqu’il disparaît en janvier 2018, la jeune femme ne peut se résoudre à perdre cette voix dont l’écho résonne si puissamment en elle. Après un temps de sidération, elle cherche à la retrouver, par tous les moyens. Sa quête la conduira jusqu’en Ukraine, à Czernowitz, la ville natale de l’écrivain. Il pourra alors prendre sa place, dans le faisceau des vivants.

Organisée par le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv et la librairie Les Temps Modernes, en partenariat avec le cinéma Les Carmes.


Mardi 18 juin 2019 à 18h
à Orléans - Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv

/// Conférence

Georges Mandel et Jean Zay : c’est la République que l’on a assassinée

de Pascal Ory, historien et interventions de Catherine et Hélène, les filles de Jean Zay et de Marcel Wormser, président de la Société des Amis de Georges Clemenceau et Georges Mandel.

Au sein des gouvernements dont ils firent partie dans les années 30, - Jean Zay à partir de 1936, Georges Mandel à partir de 1938 -, les deux ministres, viscéralement républicains, n’eurent de cesse de prôner la politique la plus ferme vis-à-vis de l’Allemagne, ce qui leur valut d’être dénoncés comme « bellicistes » par l’extrême-droite et les pacifistes français, puis par les Allemands.

En septembre 1939, Jean Zay démissionne pour aller combattre. Le 20 juin 1940, hostiles à l’armistice, les deux hommes s’embarquent sur le Massilia avec 27 parlementaires dont Pierre Mendès-France, avec la volonté de continuer la guerre depuis l’Afrique du Nord. Arrêtés à leur arrivée au Maroc par le nouveau régime, ils sont rapatriés en métropole pour être emprisonnés ou internés jusqu’à leur assassinat par la Milice, dans les mêmes conditions, à quelques jours d’intervalle : Jean Zay, le 20 juin 1944, Georges Mandel, le 7 juillet 1944.

Tous les deux ont été victimes durant toute leur carrière politique de violentes attaques antisémites. Pour cette raison, et pour leur engagement antifasciste et républicain, « on leur voua une haine froide. Léon Blum, Paul Reynaud, Edouard Daladier, emmenés en Allemagne, survécurent. Georges Mandel et Jean Zay furent assassinés. Ce sont les seuls hommes politiques à qui Vichy ait fait payer de leur vie d'avoir incarné la tradition républicaine et la résistance à Hitler. », Antoine Prost.



Organisée avec l’association des Amis de Jean Zay et le Cercle Jean Zay.

Informations et réservations au 02 38 42 03 91. 


Mardi 11 juin 2019 à 18h
à Orléans - Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv

/// Témoignages et conférence

La rumeur d’Orléans : un délire antisémite

avec Henri Licht, Éliane Klein, témoins ;
Pierre Allorant, professeur de Droit, doyen de la faculté de Droit d'Orléans,
Pascal Froissart, enseignant chercheur en Communication à l'université Paris VIII.

Il y a cinquante ans, la rumeur d’Orléans s’emparait des rues commerçantes de la cité johannique et faisait son chemin dans l’esprit des habitants de la ville. Selon elle, des jeunes femmes étaient droguées et kidnappées dans des cabines d’essayage de magasins de lingerie tenus par des Juifs puis servaient à alimenter des réseaux de prostitution. Et puisque la police et la presse restaient silencieuses sur cette prétendue « traite des blanches », preuve était faite que l’une comme l’autre étaient achetées par les Juifs. En 1969, à Orléans, le bouche-à-oreille a fait renaître le « fantôme du Juif qui fixe l’angoisse », selon l’expression d’Edgar Morin.
Comment mieux comprendre aujourd’hui les ressorts politiques et sociologiques de cette rumeur qui n’a pourtant pas bénéficié du relais de la presse pour se répandre ? À l’heure où les réseaux sociaux font naître chaque jour de nouvelles rumeurs, quels sont les sujets qui demeurent les plus instrumentalisés, à quels fins, et existe-t-il des pare-feu pour en prévenir la viralité ? Autant de questions qui seront abordées lors de cette soirée exceptionnelle.

Modération : Anthony Gautier, journaliste en résidence au Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv.

Organisée avec l’Amitié Judéo Chrétienne, à l’occasion des 50 ans de la rumeur d’Orléans et dans la continuité de la résidence de journalisme du Cercil.

Informations et réservations au 02 38 42 03 91. 


La rencontre avec Valérie Zenatti, initialement prévue ce mardi 28 mai à 18h, est reportée pour cause de tournage de film au jeudi 20 juin 2019 à 18h, au cinéma Les Carmes . 
Merci de votre compréhension. 

78 ans jour pour jour après l’ouverture des camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande,

Tourisme Loiret
Le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv
Le Leader Pithiverais et Gâtinais
L’Office du tourisme du Grand Pithiverais
 

ont le plaisir de vous inviter à découvrir un nouvel outil de médiation
 
« Une table numérique pour l’avenir : histoire et mémoire des camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande » 
 
le mardi 14 mai 2019 à 11h à l’Office du tourisme du Grand Pithiverais
  
Pour créer un outil de médiation culturelle tourné vers la compréhension par le plus grand nombre, et en particulier les jeunes, de l’histoire des camps de Beaune-la-Rolande et Pithiviers, le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv s’est entouré des compétences d’une coopérative, Artéfacts, et a mobilisé des jeunes en service civique par Crij d’Orléans.
 
Ce projet a été retenu par la Direction Générale des Entreprises (Ministère de l’économie) et la DPMA (Ministère des Armées) avec six autres lauréats sélectionnés à la suite de l’appel à projets national « Services numériques innovants destinés au tourisme de mémoire et d’histoire en France ». Outre ce financement national, ce projet a retenu l’attention des acteurs du programme européen Leader. Porté par deux territoires du Nord Loiret, le Pithiverais et le Gâtinais, ce programme européen Leader s’attache à mettre en œuvre la stratégie locale qui vise à faire du Nord Loiret une étape de tourisme de culture entre l’Île de France et le Val de Loire. 

Merci de confirmer votre présence à sandrine.charneau@tourismeloiret.com

Comptant sur votre présence, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées.

 
Maxime BUIZARD BLONDEAU
Président de l’Office de Tourisme du Grand Pithiverais 


Nathalie GRENON
Responsable du Cercil-Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv 


Frédéric NERAUD
Président de Tourisme Loiret
Vice-président du Conseil départemental


 Le Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv a intégré le Mémorial de la Shoah depuis le 1er janvier 2018

14 mai 1941, la rafle du « billet vert »

Mardi 14 mai 2019 à 18h
à Orléans, Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d'Hiv

Ouverture de l’exposition « 14 mai 1941, ce fut le commencement » suivie de la conférence.

/// Conférence

L’État contre les Juifs
Vichy, les nazis et la persécution antisémite

par Laurent Joly, historien, directeur de recherche au CNRS (CRH-EHESS).

Pourquoi, dès l’été 1940, le régime du maréchal Pétain a-t-il impulsé une politique antisémite ? Pourquoi a-t-il accepté de contribuer aux déportations massives décidées par les nazis en 1942 et d’assumer pleinement ces opérations, à Paris comme en zone libre ? Dans quelle mesure l’administration a-t-elle collaboré à la politique génocidaire ? Laurent Joly s’appuie sur de nombreuses sources inédites, en particulier des témoignages de policiers sur la rafle du Vel d’Hiv, pour restituer les marges de manoeuvre des agents et les effets concrets de leurs décisions. Il nous permet de comprendre que le statut des Juifs d’octobre 1940 n’est pas une simple transposition de la tradition antisémite française : Vichy cherche surtout à suivre le modèle nazi. Enfin, il démontre que l’idée selon laquelle la persécution des Juifs a été occultée par la justice de l’épuration mérite d’être fortement nuancée.

Suivie par la projection du film

La police de Vichy
de David Korn-Brzoza, France, 2017, 94 min. Scénario de L. Joly et D. Korn-Brzoza. 

La police de Vichy, rempart contre l'occupant nazi ? Cette thèse, qu'ont essayé de défendre ses responsables au sortir de la guerre quand la justice les jugea, ne tient pas à l'examen des faits. La police, sans cesse modernisée, fut un élément central du régime de Vichy, jouant pleinement la carte de la collaboration, se substituant à l'occupant pour organiser l'arrestation des populations juives, acceptant, devançant et dépassant les exigences allemandes…

Informations et réservations au 02 38 42 03 91. 




Mardi 30 avril 2019 à 15h
à Beaune-la-Rolande - Lycée agricole

/// Restitution

Le relevé topographique de l’ancien camp de Beaune-la-Rolande

Quatre étudiants en deuxième année de BTS géomètre-topographe du lycée Gaudier-Brzeska, de Saint-Jean-de-Braye, viennent de réaliser une localisation précise de l'ancien camp d'internement de Beaune-la-Rolande : l’entrée, l'emplacement des baraques, du poste de garde, de l’infirmerie ont été établis avec précision. La marge d'erreur sur l'ensemble du camp n'excède pas 20 centimètres.


Élus, journalistes et habitants sont invités à la restitution de ce travail.

Uniquement sur réservation au 02 38 42 03 91 ou par mail à cercil@memorialdelashoah.org


Dimanche 28 avril 2019 à 15h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

/// Visite commentée

Visite du Musée-Mémorial

par Hélène Mouchard-Zay, dans le cadre de la Journée Nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation.

Tous publics à partir de 10 ans.
Informations et réservations au 02 38 42 03 91.