Hommage à Jacqueline Weltman-Aron

Jacqueline, 8 ans, sauvée par l’Accueil familial, institution protestante à Orléans.

Samuel, Cheina et leurs enfants, Marcel 10 ans et Jacqueline 8 ans, sont arrêtés le 18 juillet 1942 et enfermés au Vel d’Hiv. Prétextant qu’ils ont la scarlatine, Cheina arrive à faire hospitaliser les deux enfants, les sauvant ainsi de la déportation.

Transférés dans le camp de Beaune-la-Rolande, Cheina et Samuel en sont déportés le 5 août 1942 à Auschwitz, où ils sont assassinés.

Fin août 1942, les deux enfants quittent l’hôpital Rothschild et sont envoyés chacun dans un centre de l’UGIF : Marcel rue Lamarck, Jacqueline rue Guy Patin. Scolarisés dans le même groupe scolaire, ils peuvent se voir chaque jour.

Le 9 mars 1943, Jacqueline est envoyée à Orléans, dans un orphelinat protestant,« L’Accueil Familial », situé rue du Poirier. Deux autres fillettes, Odette et Berthe Kibel, arrivent en même temps qu’elle. Courageusement, Coralie Beluse, la directrice, avec l’appui du Conseil d’administration de l’établissement, prend toutes les mesures pour dissimuler l’identité des trois enfants, qui resteront dans l’institution jusqu’en 1945.

En juillet 1945, une dame vient chercher Jacqueline et l’emmène en train vers Chartres, où elle retrouve son frère Marcel, dont elle n’avait eu aucune nouvelle depuis leur séparation en mars 1943. Ce n’est que bien après, grâce aux recherches d’Hélène Mouchard-Zay, que Jacqueline apprendra que l’organisation qui s’était occupée d’elle avec dévouement et courage était « l’Entraide Temporaire » dirigée par Denise et son mari, le Docteur Fred Milhaud. Après la guerre, les enfants Weltman sont adoptés par Monsieur Aron.


Le 5 février 2013, l’Institut Yad Vashem à Jérusalem a décerné, à titre posthume, le Titre de Juste parmi les Nations à Coralie Beluse et le Cercil avec la participation de la ville d'Orléans à fait apposer une plaque mémorielle rue du Poirier.
Toutes nos pensées vont à la famille de Jacqueline Weltman.

Photo de famille :
Samuel et Cheina Weltman avec leurs enfants Marcel et Jacqueline (1941).
Archives familiales.

Photo groupe d’enfants :
Photo prise au jardin des Plantes, à Orléans, lors d’une sortie des petites pensionnaires de l’Accueil Familial.
Jacqueline est la troisième en haut à partir de la gauche.
Archives familiales.

Réouverture ce lundi 15 juin 2020

Toute l’équipe du Cercil est heureuse de vous annoncer la réouverture du Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv ce lundi 15 juin 2020 à partir de 10h. 

Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions nous prenons toutes les mesures d'hygiène et de sécurité nécessaires.

Le port du masque est obligatoire et nous vous recommandons de bien vouloir réserver votre visite au préalable au 02 38 42 03 91, par mail à cercil@memorialdelashoah.org ou sur le site www.tourismeloiret.com

 

Le Musée-Mémorial est ouvert
du lundi au vendredi : 10h à 12h30 - 14h à 17h.
Mardi nocturne jusqu'à 20h. Le dimanche : 14h à 18h.
Fermé les samedis.
 

Dernier accès aux expositions 30 minutes avant la fermeture.

Festival Festiv'Elles "Femmes engagées"

Mardi 10 mars 2020 à 20h
à Ingré – Espace Lionel Boutrouche


/// Conférence / lecture


La résistance des femmes dans les camps
« Survivre, notre ultime sabotage »

 
par Dominique Brechemier, professeure de Lettres et docteure en Littérature, spécialiste de l'histoire des femmes de la Belle Époque à la Seconde Guerre mondiale et Coraline Cauchi, comédienne et metteuse en scène, responsable de la Compagnie Serres Chaudes.

75 ans après le retour des déportées, c’est le temps de l’hommage et l’occasion d’interroger la place des femmes déportées dans l’après-guerre. Dominique Bré-chemier décrit et analyse le parcours et la résistance de sept femmes déportées : Charlotte Delbo, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Adélaïde Hautval, Marceline Loridan-Ivens, Germaine Tillion, Ginette Kolinka et Simone Veil, en étudiant leurs témoignages autobiographiques. Coraline Cauchi illustre cette conférence par la lecture de fragments de leurs textes.

Entrée libre.
Organisée avec la ville d'Ingré et le festival Festiv'elles ”Femmes engagées”.

Printemps des poètes

Mardi 3 mars 2020 à 18h
à Orléans - Cercil Musée Mémorial

/// Lecture théâtralisée

Robert Desnos : l'homme qui portait en lui tous les rêves du monde...

par le Théâtre de l'Imprévu, avec Éric Cénat et Patrice Deldourg.

« Desnos n’est jamais là où le lecteur souhaite le suivre. Faut-il voir incertitude ou contradiction, dans l’extrême diversité de ton que peut prendre la voix de Robert-le-Diable ? Certainement non. Il y avait seulement chez lui le désir d’exprimer la poésie sous toutes ses formes dans tous ses possibles. Atteindre un langage à la fois populaire et exact, familier et ludique, voilà le but d’une trajectoire unique éminemment moderne. Avec Nerval et Hardelet, il est un de ces enfants du Marais qui « portait en lui tous les rêves du monde ». Sans doute le plus inspiré de nos somnambules, le plus joueur parmi ses amis surréalistes, journaliste de son propre drame et prophète des temps à venir, Robert Desnos n’est pas fait pour l’action collective et pense qu’il y a incompatibilité entre la nécessaire liberté du poète et le militantisme aux ordres. En cela et pour son amour violent de la vie jusque dans la boue de Terezin, il faut saluer notre contemporain éternel et notre frère en viager. » Texte de P. Delbourg

Dans le cadre du 75e anniversaire de la mort de Robert Desnos et du Printemps des Poètes.

Entrée libre.
Information et réservation au 02 38 42 03 91.