Mardi 26 février 2019 à 18h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

/// Rencontre

Les philosophes face à la Shoah

avec Gérard Rabinovitch, philosophe et sociologue, directeur de l’Institut européen Emmanuel Levinas, chercheur associé au CRPMS, Université Denis-Diderot Paris VII, Jean-Marc Durand-Gasselin et Nicolas Desré, professeurs de philosophie.

La Shoah a mis en question le statut même de l’humanité dans son unicité. Quel retentissement un tel bouleversement a-t-il suscité en philosophie ? La plupart des philosophes qui ont écrit sur ce sujet furent contemporains du nazisme ; toutefois un abîme sépare ceux qui furent victimes de ceux qui ont acclamé le nazisme. 
Enseigner l’effectivité des faits de la Shoah est oeuvre éducative, mais interroger la désagrégation du sens commun de la justice, de la dignité, de la solidarité dont le nazisme a été l’agent, lors de cette déferlante de négations et d’inversions de toutes les valeurs qui a permis cette destruction, est un impératif civique, voire civilisationnel.




Pendant les vacances d’hiver au Cercil

Mardi 19 février 2019 à 15h
au Cercil - Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv

/// Visite ou atelier

Visite commentée du Musée-Mémorial 
ou
Atelier pour les enfants 
« Max Jacob, un artiste persécuté »

Pendant que les plus grands visitent le Musée-Mémorial, l'équipe du Cercil propose aux plus jeunes de découvrir Max Jacob. Peintre, poète français, converti au catholicisme, Max Jacob est réfugié à Saint-Benoît-sur-Loire lorsqu’il est arrêté en février 1944 victime de la politique antijuive de l’occupant et de Vichy. Interné à Drancy, il y meurt le 5 mars 1944, quelques heures avant sa déportation. 75 ans après la mort de Max Jacob, cette année 2019 nous offre l’occasion de réfléchir avec les élèves à la persécution des Juifs de France et de découvrir un « poète mort pour la France ».

Tous publics à partir de 10 ans.
Informations et réservations au 02 38 42 03 91.


Pendant les vacances d’hiver au Cercil

Jeudi 14 février 2019 à 15h
à Orléans – Cercil-Musée Mémorial

/// Projection

Monsieur Max

film de Gabriel Aghion, France, 2006, 86 min.

En février 1944, la Gestapo investit l'abbaye de St-Benoît-sur-Loire et arrête Max Jacob, juif converti au catholicisme, poète et homosexuel. Il est conduit au camp de Drancy. Alice, une orpheline qu'il a choyée alors qu'elle était petite se lance dans une quête auprès de ses amis, Picasso, Cocteau, Marais, Guitry afin qu'ils interviennent pour le sauver.

Tous publics à partir de 10 ans.

Organisée avec la ville de Saint-Benoît-sur-Loire et la Communauté de communes du Val de Sully dans le cadre de l'hommage à Max Jacob.